Accueil » Actualités » BATIMAT 2017 – La construction bois de grande hauteur

BATIMAT 2017 – La construction bois de grande hauteur

Pour cette deuxième journée du Mondial du bâtiment, Stéphane Miget débute les Matinales de la construction bois sur le thème de la construction bois de grande hauteur. Il reçoit Stéphane Hameury, du CSTB, Stéphane Lafarge, de FCBA, et Vincent Martin, de Piveteaubois.

Stéphane Hameury : « Un immeuble bois de grande hauteur renvoie au règlement de sécurité incendie qui va considérer qu’il est de grande hauteur au-delà de 50 m pour les bâtiments d’habitation et de 28 m pour un bâtiment public. Pour ce qui concerne la filière bois, lorsque l’on parle de grande hauteur, il s’agit, aujourd’hui, de bâtiments de 28 à 50 m. Le cœur de marché attendu est de 4 à 6 étages. Aujourd’hui, AdivBois se concentre sur trois systèmes : le CLT, le poteaux-poutres en lamellé-collé et l’exosquelette. L’ossature bois va être utilisée plutôt en élément de remplissage en façade non porteuse. AdivBois considère à la fois les sujets de technicité et les aspects architecturaux, extérieurs comme intérieurs. Nous avons organisé des ateliers thématiques, en particulier sur la sécurité incendie, l’acoustique, l’enveloppe et la structure. » 

Stéphane Lafarge : « Nous avons organisé en septembre le congrès WoodRise qui a réuni 500 participants durant quatre jours. L’événement visait le développement une coopération internationale sur les immeubles de moyenne et de grande hauteurs en bois. Pour les IGH bois, on s’intéresse à plusieurs modes constructifs. FCBA mène des essais sismiques sur ces immeubles. Deux points sont importants : la sécurité et la durabilité. Nous sommes équipés d’une plate-forme d’essai sismique qui permet de valider les assemblages et la solidité des bâtiments. On arrive à répondre aux normes sismiques et à concevoir des bâtiments qui correspondent aux attentes. » 

Vincent Marlin : « Le CLT est un panneau bois lamellé-croisé constitué de sciages de petites sections. De petites planches sont collées et croisées orthogonalement pour constituer des panneaux de 60 à 320 mm d’épaisseur et  jusqu’à 16 m de longueur. C’est un panneau qui a une très bonne rigidité. Il y a une redistribution des efforts dans ses différents plans. Il peut être utilisé en mur, en plancher ou en toiture. Le marché s’est beaucoup développé en France grâce à l’importation de produits qui viennent d’Autriche surtout. Cette visibilité sur le marché nous a poussés à investir. »

Abonnement woodsurfer sur Kiosque21.com

Voir aussi

Woodrise 2019 : rendez-vous au Canada

[unable to retrieve full-text content]

Le PTNB lance la Plateforme numérique bâtiment

En vue d’un Bim collaboratif pour les TPE/PME du bâtiment, le Plan transition numérique dans …