Woodsurfer

BATIMAT 2017 – Prix national de la construction bois

Nicolas Visier, délégué général d’Atlanbois : « Le Prix national de la construction bois est plus qu’un prix, c’est une histoire que l’on écrit. En 2012, nous avons décidé avec France Bois Régions de regrouper la dizaine de prix existants au niveau régional. Nous espérions une centaine de candidatures la première année… nous en avons eu 725, c’est dire le besoin de reconnaissance de la part des architectes, maîtres d’ouvrage et entreprises alors. L’idée était de montrer que tous écrivent une histoire du bois année après année. Pour la sixième édition, nous avons plus de 4 000 bâtiments dans notre base de données… un panorama de la construction bois en France. Le jury a envie de mettre en avant des constructions originales. Il y a également beaucoup d’essences françaises promues. Les maîtres mots de cette édition : créativité et diversité. Avec moins de maisons néanmoins. »

Annouck Legendre, architecte X-TU : « Notre profession de foi est de développer des filières et de faire monter en puissance des innovations. Pour nous, il était important de montrer ce projet de la Cité du Vin, à Bordeaux, pour mettre en avant l’innovation française dans le domaine des formes courbes, du paramétrique, de la conception 3D et ce qui a rendu possible ce projet. On n’imagine pas le bois dans les courbes, mais c’est le matériau le plus adapté. La Cité du Vin a des formes ondulantes avec géométrie à double courbure. On a cherché des moyens de rationaliser ces courbures. La charpente, ce sont 470 arcs différents taillés dans des plans droits avec quasiment aucun assemblage sur place. »

Bastien Lechevalier, architecte Du cœur à l’ouvrage : « L’idée de ce concours est de partager ses réalisations. On veut montrer qu’on participe à l’aventure de la construction bois. C’est un très beau catalogue qui donne une belle approche de la construction bois notamment dans les régions qui ne sont pas forcément valorisée par la presse architecturale. Nous avons été primés pour L’Étoile du Nord. Les équipes de Thierry Marx et l’agence Construire ont activement participé à ce projet. Le bois fait partie des matériaux phares de l’agence Construire notamment en terme structurel. Au cœur de la gare du Nord, ce restaurant est un programme sur deux niveaux qui représente 160 couverts… Le rez-de-chaussée reprend le langage architectural des gares parisiennes développé par l’Arep avec du verre et du métal. Nous avons conservé la topographie du sol de la gare. Ce premier niveau est une partie très minérale, soit des portiques en béton, des poutres triangulaires de plus de 15 m de portée qui soutiennent une coque en bois qui forme le deuxième niveau du restaurant, plus chaleureux, comme une sorte de guinguette ; deux ambiances, deux types de cartes. Dans un espace comme celui de la gare du Nord, , le bois s’est avéré le matériau adéquat au vu des contraintes spécifiques de ce chantier particulier : construction en zone occupée soumise à un trafic des plus importants –  700 000 voyageurs par jour – des plages de montage nocturnes… »

Jean-Claude Baudin, dirigeant Charpente Cénomane : « Le PNCB a un vrai intérêt car il met en avant des entreprises au niveau national. La parcelle sur laquelle nous avons construit ces logements étudiants était très longue, dans une petite rue. Le bois s’est imposé pour l’accès en premier lieu. C’est un projet en ossature bois sur quatre niveaux avec un bardage en mélèze de pays, français. Le projet a été primé en 2016. Paris Habitat est très fier de ce projet et développe des projets en bois sur Paris depuis. »