Accueil » Chantiers » École Hubert-Reeves, Champagnole (39) – Partie Architecturale

École Hubert-Reeves, Champagnole (39) – Partie Architecturale

Parti architectural

Inaugurée en mars 2019 dans la ville jurassienne de Champagnole, l’école Hubert-Reeves a été conçue par les architectes lyonnais de Tectoniques pour valoriser les savoir-faire locaux.

La ville de Champagnole se trouve sur la route de la Suisse depuis Poligny, la patrie du Comté, au cœur d’un territoire faiblement montagneux du Jura, au pied du mont Rivel. Elle est le siège de la communauté de commune Champagnole Nozeroy Jura. Celle-ci assume la compétence « construction scolaire » pour l’ensemble des écoles maternelles et élémentaires de son territoire depuis 2012 et a lancé une vaste campagne de remise à niveau de ses équipements. Dans ce cadre, quatorze établissements ont déjà fait l’objet d’une construction ou d’une rénovation, parmi lesquelles l’école élémentaire centre-ville Hubert-Reeves de Champagnole sud, inaugurée le 4 mars 2019. Ce projet remporté par l’agence Tectoniques est en périphérie de ville, sur un ancien terrain de football. Le tissu urbain alentour est diffus et hétérogène, composé de villas, de petits collectifs et de bâtiments commerciaux.

La peau extérieure en zinc ©Jérôme Ricolleau

En son for intérieur
En réponse au contexte qui place l’équipement dans un relatif isolement, les architectes proposent un bâtiment à deux visages, une construction ayant un dedans et un dehors. En extérieur, elle apparaît comme un grand parallélépipède paré d’une vêture en zinc reposant sur un socle en béton préfabriqué qui assure la pérennité des pieds de façade. Le bardage à joint debout prépatiné gris est relevé par des menuiseries en aluminium anodisé or clair. Trapu, fermé, construit de plain-pied avec un épannelage très bas et un profil en forme d’impluvium qui permet de réduire la hauteur du toit à 2,5 m autour de la cour, le bâtiment laisse filer le regard au-
dessus de la toiture vers les sommets environnants. L’école Hubert-Reeves s’intègre ainsi au paysage. L’utilisation du zinc est un clin d’œil à l’architecture vernaculaire du haut Jura qui fait appel à ce matériau pour les pignons bataillés des bâtiments ordinaires. À l’inverse, à l’intérieur, le percement central qui accueille la cour de l’établissement laisse apparaître le matériau principal de la construction : le bois.
Par sa chaleur, celui-ci crée une ambiance adaptée au monde de la petite enfance et confère à l’école une échelle plus domestique ainsi qu’un cadre bien­veillant. La simplicité de la géométrie de la construction permet d’établir un plan efficace. Le rectangle que forme l’école trouve son écho en son centre par un autre rectangle qui dessine la cour « où une ellipse décentrée découpe la toiture et génère un disque de lumière se déplaçant au fil de la journée, nous décrit Max Rolland, architecte chez Tectoniques. Les débords de toiture protègent les façades de bois et les enfants en cas d’intempéries ». Autour de la cour, tel un cloître, une galerie close par des baies vitrées dessert des locaux, notamment les huit salles de classe identiques, lesquelles sont dotées de baies panoramiques de très grandes dimensions (720 cm x 180 cm) côté ville. Elles cadrent le paysage et assurent l’apport de lumière naturelle à la fois.

Coupe transversale. Doc. : Tectoniques
Plan de niveau. Doc. : Tectoniques
Dans la galerie. Photo : William Henrion

Un intérieur chaleureux
Du fait de leur qualité, les matériaux mis en œuvre sont laissés bruts à l’intérieur, rendant visible le système constructif qui participe à l’ambiance des lieux. « Les sols en béton poncé et le bois décliné en charpente, le plafond acoustique et le mobilier dessiné sur mesure, les meubles de salles de classe, bancs et vestiaires, s’accordent pour créer une atmosphère douce et calme », précise Lucas Jolivet, architecte en charge du projet. La circulation principale est rythmée par une alternance de pleins et de vides. Elle permet à la fois de rester au contact du paysage intérieur de la cour, et, quand elle s’élargit, d’accueillir vestiaires et alcôves. Importante pour le confort intérieur, l’acoustique des locaux est traitée avec soin. Les espaces les plus bruyants profitent d’un plafond ligné bois. Les plafonds des salles d’activités sont couverts de panneaux en laine de bois Fibralith entre les chevrons. Dès le démarrage du projet, le recours aux circuits courts et aux savoir-faire locaux a été envisagé. Le Jura a une culture de la construction bois, il faut la valoriser. Ainsi, le choix du mode constructif et le dessin de la charpente qui favorise le recours à de petits éléments, ont permis une réalisation en bois du Jura, y compris les chevrons rayonnants du préau en lamellé-collé. De même pour les sols coulés comme le béton poncé, les agrégats locaux, tels que le gravier roulé calcaire, ont été favorisés.

Intervenants
Architectes : Tectoniques Architectes
Économie et direction chantier :
Tectoniques Architectes
Fluides et thermique : Tectoniques Ingénieurs
Structure : Perrin & Associés

Programme
Maîtrise d’ouvrage : Communauté de commune Champagnole Nozeroy Jura (39)
Surface : 1 400 m2 SP
Coût construction : 2,45 M€

Calendrier
Durée du chantier : 18 mois
Livraison : début 2019

La cour intérieure. Photo : Jérôme Ricolleau
Un intérieur chaleureux. Photo : Jérôme Ricolleau